La maternelle : la découverte de la collectivité

C’est le premier pas dans l’univers de l’école, où votre enfant passera de longues années. Qu’il ait déjà fait ou non l’expérience de la collectivité, l’entrée en maternelle est synonyme de grands changements. Quelques conseils pour mieux l’y préparer.

Ce que cela signifie pour l'enfant

Entrer à la maternelle, c’est quitter le monde du bébé. C'est aussi la découverte de la collectivité : nouveaux lieux, nouvelles personnes, nouvelles activités, mais aussi un nouveau rythme qui peut, au début, fatiguer l’enfant, surtout s’il va à l’école la journée entière ou s’il a toujours été gardé à la maison. « L’enfant qui rentre en maternelle se plaint souvent du bruit, et c’est souvent cet environnement bruyant qui le fatigue le plus. »

Ce que cela signifie pour les parents

Pour les enfants petits, se sont souvent les parents les plus stressés. « Mais tout dépend du contexte, de la configuration familiale, de la situation professionnelle des parents. Chaque enfant, chaque parent est différent », Toujours est-il que confier son enfant à la maternelle, c’est déléguer son instruction à un inconnu, mais aussi à une institution. En inscrivant son enfant à la maternelle, nous l'intégrons dans un groupe social.

C'est aussi la question de la propreté :

Bon à savoir : Selon les textes de loi, aucun document attestant de la propreté de l’enfant n’est nécessaire pour une inscription à l’école. Refuser d’accueillir un enfant pour défaut de propreté n’est donc pas légal. L’article L113-1 du Code de l’Éducation précise que « tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l’âge de trois ans, dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible de son domicile, si sa famille en fait la demande. Dans les classes enfantines ou les écoles maternelles, les enfants peuvent être accueillis dès l’âge de deux ans révolus dans des conditions éducatives et pédagogiques adaptées à leur âge visant leur développement moteur, sensoriel et cognitif ». Selon les textes de loi, aucun document attestant de la propreté de l’enfant n’est nécessaire pour une inscription à l’école. Par ailleurs, une fois admis, il ne peut être exigé que votre enfant soit retiré de l’école au seul motif qu’il ne serait pas propre. Cela ne peut s’envisager qu’avec l’accord des parents. La plupart des enfants de 2 à 3 ans sont en chemin vers la propreté. Des accidents peuvent donc survenir les premières semaines de la rentrée scolaire, mais le retour à la maison n’est pas une solution et ne put d’ailleurs être imposé. La FCPE rappelle à cet égard que l’accompagnement des jeunes enfants vers la propreté nécessite parfois une implication particulière du personnel scolaire, sans pression inutile sur l’enfant, ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes.

Bon à savoir : si l'enseignant ou le directeur refuse que votre enfant vienne à l'école parce qu'il n'est pas propre, ils n'en ont légalement pas le droit.

Dans le Gard, une maman s’est trouvée confronter à une volonté de retirer son enfant de l’école une semaine et demi après la rentrée scolaire, au motif qu’il n’était pas tout à fait propre. Après avoir rappelé les textes et défendu l’intérêt de l’enfant et de ses parents, les représentants de parents d’élèves FCPE qui ont assisté la maman sont aujourd’hui convoqués devant un juge d’instruction !

La FCPE du Gard, exige que les textes de lois soient respectés par tous et réaffirme son soutien à ce conseil local et à ses représentants.